Manon des sources (1952)

manon des sources1952Un petit village provençal perdu dans les collines, près de la Sainte-Baume. La vie s’écoulerait en toute quiétude, si une malédiction ne pesait sur les habitants. Ceux-ci, en effet, ne peuvent ignorer l’affront qu’un des leurs a fait naguère à un étranger venu avec sa famille s’installer dans ces lieux arides : pour l’empêcher de cultiver sa terre, il a tari la source qui lui aurait permis de procéder aux tâches d’irrigation. L’homme s’est tué au travail, charriant des seaux d’eau sous le soleil. Une fille lui est née, Manon (ainsi nommée parce que sa mère chanta à l’opéra en tournée), qui aujourd’hui garde les chèvres dans la garrigue. Elle a juré de se venger. Une Piémontaise, elle aussi mise au ban de la communauté, lui en donne l’occasion, en lui révélant le moyen de couper, à son tour, la source qui alimente le village. Le jour de la fête du pays, la fontaine se tarit… Les notables, siégeant en session extraordinaire, font comparaître les deux parties: Manon des sources, sûre de son bon droit, et celui qui a fait le malheur de sa famille, le fermier Ugolin, aujourd’hui fou de remords et de surcroît amoureux éperdu de la jeune fille. Repoussé dans ses avances, condamné par le tribunal populaire, il se pendra à la branche d’un figuier. La colère de Manon s’apaise. Elle rend au village l’eau nourricière et, ayant recouvré ses droits de propriété, épouse le bel instituteur.

Réalisation : Marcel Pagnol
Scénario : Marcel Pagnol
Genre : Drame
Avec: Jacqueline Pagnol, Raymond Pellegrin, Rellys, Henri Poupon



– YouWatch – regarder en streaming


– Exashare – regarder en streaming


– AllVid – regarder en streaming


Regardez aussi:
-Le Coup du parapluie (1980)- -Mademoiselle Ange (1959)- -La Tête d'un homme (1933)- -L'Ile mystérieuse (1973)- -Le Soleil des voyous (1967)-

Drame, Films des années 1950 | Commentaires

2 commentaires pour “Manon des sources (1952)”

  1. Auteur: Urgo - 04/08/2014

    Un film qui n’a rien perdu de sa fraîcheur, six décennies plus tard. Les dialogues sont d’une richesse inégalée et on reconnait là, sous cette verve imagée, la patte de l’académicien Pagnol.
    La seconde partie est tout aussi animée et bigarrée, fleurant bon cette Provence dont le Maître a su en reconstituer les saveurs et les parfums, sous sa plume inspirée. J’ai vu ce film, il y a bien longtemps, mais c’est avec une inégalable satisfaction, que j’ai pris plaisir à le revoir.

  2. Auteur: Houane - 14/07/2016

    Pagnol était plus qu’un Maître, un Magicien. Il sut magnifier sa chère Provence, et lui apporta ses lettres de noblesse.

Commenter