Melancholia (2011)

MelancholiaRéalisation : Lars von Trier
Scénario : Lars von Trier
Genre : Science fiction, Drame

Avec: John Hurt, Kirsten Dunst, Charlotte Gainsbourg, Kiefer Sutherland, Charlotte Rampling, Alexander Skarsgård, Stellan Skarsgård, Brady Corbet, Udo Kier, Jesper Christensen

À l’occasion de leur mariage, Justine et Michael donnent une somptueuse réception dans la maison de la soeur de Justine et de son beau-frère. Pendant ce temps, la planète Melancholia se dirige vers la Terre…


-

Lien direct

-

Regardez aussi:
-La fille sur le pont (1999)- -17 filles (2011)- -Des fleurs pour Algernon (2006)- -Un crime au Paradis (2001)- -Delicatessen (1991)-

Drame, Fantastique, Films des années 2010s | Commentaires

5 commentaires pour “Melancholia (2011)”

  1. Auteur: geryusa - 03/11/2012

    Waouw qu’elle mélancolie ce film… La musique est vraiment représentative.
    Tout est lent, le film dure 120 min et il ne s’y passe RIEN…
    J’ai sauté des parties assez fréquemment car il n’y a pas de suspense, pas d’intrigue.
    Les acteurs n’étaient pas mauvais, c’est plutôt l’idée de l’histoire qui n’est pas bonne.
    Bref une perte de temps et d’énergie à essayer de comprendre ce que voulait faire passer le réalisateur… j’ai pas compris s’il y avait un message… mais j’ai bien senti la mélancolie !!!

  2. Auteur: Matcoolmat - 11/03/2013

    Geryusa , définitivement vous n avais rien compris et il faut pas insister.
    Lars von Trier a fait ( a mon avis ) une chef d ouvre , difficile a digérer mais avec des images et des jeux d acteur sublimes.
    bonne continuation.

  3. Auteur: chronosHD - 25/03/2013

    Splendide et complexe jeu pour l’esprit: une rareté d’autant plus précieuse qu’elle est subtil à cerner et à appréhender ! Un régal !

  4. Auteur: Donelly - 20/05/2013

    Je ne comprend pas pourquoi ce film est classé dans la catégorie fantastique ! Il est tout sauf fantastique.

  5. Auteur: Elena - 23/06/2013

    La musique, c’est l’ouverture de l’opéra « Tristan et Isolde » de Wagner, ce fou magalomaniaque. Je suis arrivée à la moitié du film et je lutte avec le sommeil pour arriver jusqu’au bout. La dénonciation de la bourgeoisie est visible, bon, et après? Le chatiment par la planète Melancholia?… Que c’est looong…
    Si c’est ce que j’imagine, la morale sera sauve, et on aura juste une ou deux secondes pour nous interroger si les pauvres ont les mêmes moyens de souffrir d’amour que les riches (belles étoffes, bons mets, balades à cheval pour décompresser, bain relaxant, etc;? )
    Je suis déçue par ce film élitiste et complaisant avec ladite élite.

Commenter